• C’est une crainte très fréquemment exprimée : les parcs photovoltaïques (PV) au sol soustraient des terres agricoles à leur vocation première ou principale – selon les visions – qui est de produire des aliments, pour les humains et les cheptels. Quelle est la part de responsabilité des parcs photovoltaïques au sol dans la perte de terres agricoles aujourd’hui ? Quels sont les besoins d’espaces pour les parcs au sol dans les années à venir ?

     

    L’Urbanisation artificialise 56 000 hectares en moyenne tous les ans, majoritairement autour des villes et des métropoles. S’y ajoutent les 33 000 hectares perdus par boisement naturel de terres agricoles. La maison individuelle participe au mitage de l’espace dans le péri-urbain mais aussi dans les zones rurales. Elle représentait la moitié des espaces artificialisés entre 1992 et 2004, soit 2,8 fois plus que l’extension du réseau routier. Pour le Commissariat général au développement durable (CGDD) : « La dynamique de l’artificialisation des sols est alimentée structurellement par la progression démographique. Elle est accélérée par le phénomène de desserrement des ménages. Si le rythme d’artificialisation des sols observé à partir de la base de données Teruti-Lucas se poursuit, le taux d’artificialisation, aujourd’hui de 10 %, s’élèverait à 14 % en 2050 et 20 % en 2100».

  • localisation de nouvelles surface
  • Les parcs photovoltaïques au sol : environ 500 hectares de terres agricoles à ce jour

    Les parcs photovoltaïques au sol couvrent, selon les dernières estimations disponibles, un peu moins de 500 hectares de terres d’origine agricole, sans qu’il soit possible d’aller plus loin dans la qualification des terres concernées, faute d’observatoire dédié. A raison de 2 hectares en moyenne par mégawatt installé (de 1 à 3), un parc photovoltaïque au sol couvre en moyenne une superficie de 10 hectares4, avec aux deux extrêmes des parcs de 1 hectare et des parcs qui peuvent couvrir 100 hectares. La couverture du sol n’est pas intégrale : les deux tiers environ de la superficie sont strictement occupés par les capteurs. Toutes installations confondues, la puissance photovoltaïque installée au niveau national est de 8,9 gigawatts fin 2018 dont 8,5 gigawatts en métropole. Les parcs au sol et les ombrières de parking représentent la moitié environ de la puissance installée, les grandes et moyennes toitures 40 %. 11 % de la puissance est installée sur des petites toitures, résidentielles uniquement.

  • Un objectif « zéro artificialisation nette

    Densifier et renouveler la ville sur elle-même : telles sont les instructions données aux collectivités territoriales dans la rédaction de leurs documents d’urbanisme et de planification sont claires. L’intensité et le rythme d’artificialisation des sols doivent se réduire et ralentir pour préserver la biodiversité, lutter contre l’imperméabilisation des sols et préserver les terres à vocation agricole. En 2010, la loi de modernisation de l’agriculture annonçait un objectif de division par 2 des surfaces agricoles artificialisées. Avec une croissance démographique de 0,4 %, cela supposerait selon le CGDD une division par 3 de la surface annuelle artificialisée. Plus près de nous, un objectif « zéro artificialisation nette » a été fixé en juillet 2018 par le ministère de la Transition écologique et solidaire, dans le cadre du Plan biodiversité 2018, ce qui suppose la mise en place de la doctrine ERC, « éviter, réduire, compenser », concept au cœur des démarches de projet.

  • Des espaces occupés peu différenciés

    Même si aucune statistique n’a été mise en place pour documenter la nature des terrains occupés par les parcs photovoltaïques, ils se sont très majoritairement implantés sur les zones naturelles, du fait d’une réglementation interdisant l’utilisation des terres agricoles (circulaire du 18 décembre 2009). Par ailleurs, certains projets ont trouvé des terrains d’accueil sur des espaces délaissés : anciens aérodromes, circuit automobile, carrières en fin d’exploitation, terrains de ball-trap désaffectés, anciennes décharges, gravières, etc. Ces terrains ont pu être ainsi requalifiés. Les agriculteurs riverains sont parfois invités à faire pâturer des moutons pour entretenir les espaces, ils peuvent ainsi dégager des compléments de revenus. Systématiquement, les développeurs mettent en place des aménagements d’intégration paysagère pour renforcer la biodiversité, via la plantation de haies par exemple ou de plantes mellifères. Certains parcs accueillent d’ailleurs des ruches en hivernage. Quelques espaces sur lesquels des projets de parcs photovoltaïques au sol ont été autorisés dans une démarche de requalification.

  • Ce que dit la réglementation

    Si l’implantation de parcs photovoltaïques a pu, dans ses débuts, souffrir d’un manque de réglementation facilitant l’utilisation de zones agricoles par les développeurs, depuis la parution de la circulaire du 18 décembre 2009, leur implantation est désormais encadrée. Les projets sont soumis à étude d’impact. Son évaluation est réalisée par l’autorité environnementale (ici la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement – DREAL) qui produit un avis public à son sujet. Les parcelles concernées par les projets doivent être indexées pour être autorisées à recevoir ces installations de production énergétique, ce qui parfois nécessite une révision du Plan local d’urbanisme (PLU) ou une révision simplifiée, soumise à enquête publique. Un permis de construire doit être déposé qui donne lieu lui aussi à une enquête publique. Enfin, lorsque toutes ces procédures sont réalisées, il revient au préfet d’autoriser ces installations à partir de l’ensemble des éléments produits par la procédure d’instruction.

  • Un peu d’histoire

    Jusqu’en 2011, tous les types de projets – toitures, parcs au sol, ombrières – bénéficiaient d’un tarif d’achat garanti fixé par l’État sur une durée de 20 ans. Des pratiques commerciales abusives, avec notamment la création de toitures photovoltaïques sur des bâtiments construits ex-nihilo, la création d’une bulle spéculative constituée à la faveur de tarifs bonifiés avantageux et d’une arrivée massive de panneaux à bas coûts, ont profondément écorné l’image de la filière. Ces pratiques sont en partie révolues depuis l’instauration d’un moratoire en 2010 et la mise en place d’un nouveau cadre de soutien aux projets, qui est révisé régulièrement. Depuis 2011, les projets pouvant avoir accès à un tarif garanti d’achat de l’électricité sont sélectionnés au travers d’un dispositif d’appels d’offres encadré par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Ils pouvaient, jusqu’en 2016, bénéficier d’une obligation d’achat mais dont le tarif était désincitatif, ce qui a très fortement orienté les projets à se présenter aux sessions d’appels d’offres. Depuis 2016, les projets lauréats bénéficient d’un contrat de complément de rémunération avec l’acheteur, et non plus d’un contrat d’achat, pour combler la différence entre le coût de revient et le prix de référence du marché. Depuis 2019, des projets se développent hors appel d’offres, dans le cadre d’un contrat d’achat négocié sur le marché.

  • La question de la caractérisation du potentiel agronomique des terres

    Sur les zones sensibles, les porteurs de projets doivent réaliser une étude préalable agricole qui doit montrer qu’il s’agit bien de terres abandonnées ou de faible intérêt agronomique. Cette étude présente les mesures envisagées pour éviter et réduire les impacts négatifs de l’installation, et le cas échéant, les mesures de compensation collective visant à soutenir l’économie agricole du territoire.

  • Les tendances et évolutions sur la place des parcs photovoltaïques au sol dans la transition énergétique

    La plupart des scénarios de transition énergétique misent sur un fort développement du solaire photovoltaïque, avec un mix de grandes et de petites toitures et de parcs au sol. Traduction opérationnelle de la loi sur la transition énergétique, le projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE)7 projette presque un quintuplement d’ici à 2028 de la puissance actuelle installée (9 GWc) pour atteindre entre 35 gigawatts-crête (GWc) et 44 GWc (dont 20 à 25 au sol), avec un palier de 20 GWc en 2023.

    Selon une étude de l’ADEME, les friches industrielles représentent un potentiel de 49 GW, auquel on peut ajouter un potentiel de 4 GW pour les parkings. Déterminé par croisement de bases de données cartographiques et d’analyses multicritères de contraintes et de handicaps, ce potentiel doit être considéré en ordre de grandeur, et hors coût de remise en état éventuel des sites.
    En effet, les sites répertoriés intègrent les anciens dépôts d’hydrocarbures, les anciens garages, épavistes, forges, des centres de stockage des déchets, etc.

     

    Ce potentiel est inégalement réparti sur le territoire, le potentiel étant concentré dans les anciennes régions industrielles du Nord et de l’Est de la France, ainsi qu’en Ile-de-France et en Gironde.

    Selon diverses projections, la consommation d’espace par les parcs au sol serait de l’ordre de 40 000 hectares d’ici à 2030, soit l’équivalent de ce qui est artificialisé tous les ans par l’urbanisation et les infrastructures. Ainsi, les terres dites « agricoles » peuvent en théorie ne pas être mobilisées, préférence méritant d’être donnée aux friches délaissés, et toitures (grandes ou petites). Toutefois, de la théorie à la réalité, il y a parfois des contraintes qui hypothèquent techniquement les projets. Toutes les toitures ne peuvent supporter le poids des panneaux photovoltaïques, des travaux d’étanchéité parfois complexes sont à engager sur les installations intégrées, les distances de raccordement au réseau sont parfois rédhibitoires. Comparées aux toitures, les installations au sol sont bien plus simples à mettre en œuvre.

  • L’agrivoltaïsme : des synergies qui se cherchent

    En France, depuis 2010, on estime qu’environ 400 hectares de serres sont équipées de photovoltaïque. Les premières serres réalisées dans le cadre des prix d’achat garantis ont fait naître des serres photovoltaïques qui ne prenaient pas en compte le type de culture et les rendements de celles-ci en-dessous, une situation qui a terni l’image de la filière et qui a incité les pouvoirs publics à réviser la politique de soutien à la filière comme évoqué plus haut. La conception des serres s’est améliorée pour limiter les impacts de la perte de luminosité et adapter le choix des cultures, les itinéraires techniques et les modes de valorisation des productions (saisonnalité, etc.). L’évolution vers l’agrivoltaïsme en plein champ est le prolongement de ces réflexions, des réflexions qui interrogent la doctrine « pas de parcs photovoltaïques sur les terres agricoles ».

    Le principe : un agriculteur et un producteur d’électricité solaire cohabitent sur un même espace, chacun tirant un bénéfice de la présence de l’autre. C’est en quelque sorte une déclinaison de l’agroforesterie, où arbres et cultures se développent en synergie, avec des rendements supérieurs à ceux obtenus séparément. Les cultures (vignes, légumes, céréales) sont protégées des excès du climat par les capteurs, tandis que les capteurs posés produisent de l’énergie qui est injectée dans le réseau. L’activité agricole doit y être prépondérante.

  • agrivoltaïsme
  • Fort développement de l’agrivoltaïsme en Asie

    Le parc mondial cumulé a été estimé récemment par le Fraunhofer ISE (Allemagne) entre 2,0 et 2,5 GWc avec 1600 à 1800 projets réalisés. Si la première installation a été installée au Massachussetts, c’est surtout en Asie et en particulier en Chine et en Corée du Sud (plus de 1000 projets d’ici 2020) que le développement est le plus fort. Les structures et technologies photovoltaïques utilisées et les cultures associées sont très diverses. La plupart de ces projets ont une puissance unitaire de l’ordre de quelques MWc. Les capteurs photovoltaïques sont pilotés (orientés, déplacés) selon l’intérêt des cultures et l’évitement des « excès » climatiques.

     

    L’Institut national de la recherche agronomique (INRA), l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) et de nombreux autres partenaires se sont associés pour créer le premier site expérimental agrivoltaïque de France en 2009. Depuis, 9 projets sont en développement ou en cours de mise en œuvre dans le cadre de l’appel d’offres CRE4 sur la partie « installations innovantes » dont la puissance est comprise entre 0,1 à 3 mégawatt-crête. Une de ces installations a été inaugurée en 2018 : il s’agit d’un parc de 2,2 mégawatts sur un vignoble de 4,5 hectares dans les Pyrénées Orientales. A Bellegarde, près de Nîmes, depuis 2017, une installation photovoltaïque abrite 1,5 hectare d’abricotiers et un projet est en cours de développement sur 3,5 hectares supplémentaires, avec des vignes, des abricotiers et des cerisiers. Toutes ces installations relèvent encore de l’innovation et nécessitent une analyse de leurs performances dans la durée.

  • Dans l’attente de références nationales sur l’agrivoltaïsme

    Tous les scénarios de transition énergétique – ADEME, RTE, négaWatt, … – reposent sur un mix de production d’énergies renouvelables diversifié qui intègre le développement des parcs photovoltaïques au sol. Afin de limiter de possibles conflits d’usage et d’éviter l’immobilisation de terres nourricières, priorité doit être donnée à une implantation sur des espaces improductifs, abandonnés et qui n’ont pas ou plus de valeur agronomique. Pour les anciennes terres à vocation agricole, le modèle qui permettrait une continuité d’activité agricole, voire une « renaissance » d’activité est à privilégier.

    Une analyse rigoureuse des projets au cas par cas paraît préférable à une sanctuarisation a priori de toutes les terres abandonnées par l’agriculture, dans la mesure où des synergies entre la production d’électricité et de nouvelles activités agricoles peuvent se créer, avec l’adhésion des agriculteurs et des communautés d’acteurs dans les territoires. Si effectivement les sols couverts par les parcs photovoltaïques ont changé d’utilisation et peuvent être qualifiés d’artificialisés, cette artificialisation est toute relative : il est bien plus facile de démonter un parc au sol pour la « rendre » si besoin à la biodiversité ou à l’agriculture, que de transformer un lotissement en terre à blé.

    Les premiers retours d’expérience devraient nous fournir très prochainement des références nationales sur l’agrivoltaïsme. Par ailleurs, la récente création de l’observatoire sur l’artificialisation des sols, dans le cadre du Plan biodiversité, fait partie des dispositifs de vigilance qui permettront d’objectiver les enjeux.
    Enfin, de plus en plus de porteurs de projets de toutes tailles font appel à l’investissement participatif et citoyen, ce qui devrait faire monter ces projets en qualité, transparence, et acceptabilité.

    Cet article est issu d’un travail collectif mené par Enercoop, Energie Partagée et Terre de liens pour comprendre et donner des clés de réponse sur les liens entre transitions agricole et énergétique, en s’appuyant sur le travail de décryptage de l’Association négaWatt et Solagro, et avec le soutien de l’Ademe.

    Source image carte : https://decrypterlenergie.org/les-parcs-solaires-photovoltaiques-au-sol-consomment-ils-des-terres-agricoles
  • Déposez votre projet gratuitement

×
Termes et Conditions
Définitions
Site : www.louersonterrain.fr
Propriétaire de terrains : Toute personne physique ou morale qui dépose son projet sur le site pour une location de terrains sur des zones urbanisées, à urbaniser, naturelles ou agricoles à faible valeur agronomique. 
Investisseur : Toute personne physique ou morale intéressés aux demandes des propriétaires de terrains concernant une location pour l’installation et la vente d’une centrale photovoltaïque en exploitation. L’investisseur peut être désigne en tant que développeur de projets, ou un investisseur.
Utilisateur : Toute personne physique ou morale disposant du site en tant que propriétaire de terrains, investisseur ou prestataire.

Les conditions générales de vente détaillées ci-dessous régissent les relations contractuelles des utilisateurs du site www.louersonterrain.fr
L'utilisateur déclare avoir pris connaissance et avoir accepté expressément et de manière inconditionnelle ces conditions générales de vente en vigueur au jour de l'accès au site.

Obligation du propriétaire de terrain
Le propriétaire de terrain s'engage à ne pas transmettre de demandes trompeuses, et à communiquer que des informations véridiques. Il s'engage à soumettre des demandes dans un objectif de réalisation réelle.

Notre service pour les propriétaires de terrain
Les services de Capital PV (propriétaire du site www.contact@louersonterrain.fr et des services proposés)  sont entièrement gratuits. Pour chaque demande de projet déposée par le propriétaire de terrain, nous nous engageons à communiquer les coordonnées du projet qu'à un maximum de 2 investisseurs différents, en s’assurant de la qualité de ces derniers.

Facturation du service pour l'investisseur
Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés) est rémunéré par (1) la vente à un prix fixe des annonces qualifiés, et (2) par une commission lorsque l'investisseur signe un contrat de bail devant le notaire avec le propriétaire.
Le niveau de rémunération (1) et (2) sont définis à travers un contrat signé et approuvé par Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et de ses services) et l’investisseur, lorsque ce dernier décide de bénéficier des services proposés sur le site www.louersonterrain.fr

Responsabilité
Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés) s'engage à faire tout son possible pour assurer à l'utilisateur une information vérifiée et qualifiée, à travers une analyse approfondie de chaque demande de projets déposée. Malgré tous ses efforts, Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés) ne peut pas être retenu responsable pour les résultats offerts par son service. C’est un devoir du propriétaire de terrains de vérifier que l’offre fournie par l’investisseur soit authentique en tant que seul décisionnaire du choix de l’investisseur. De la même manière, Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés) ne peut pas être retenue responsable en cas d’erreurs ou imprécisions des information fournies sur le site par les utilisateurs, et des dommages directs ou indirects pouvant en résulter. En cas d’erreurs ou d’omissions, on vous prie de nous signaler toute imprécision par mail à contact@louersonterrain.fr
Le service de Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés) comprend une prestation indépendante d'intermédiation en ligne, et de consultation professionnelle ayant comme objectif la signature d’un contrat de bail entre le propriétaire et l’investisseur. En aucun cas Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés)  peut être considéré comme agent commercial, mandataire, ou représentant des utilisateurs.
Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés) s'engage à faire tout son possible pour que le site soit disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. En cas d’interruption de l'accès au site en raison de maintenance, ou de panne, Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés) mettra tout en œuvre pour y remédier dans les plus brefs délais. 

Modifications des conditions générales de vente
Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés) peut modifier les conditions générales à tout moment, notamment pour se conformer à une disposition légale. Toute utilisation du site après une telle modification fait présumer la prise de connaissance des conditions générales modifiées. Dans la mesure du possible, toute modification majeure sera notifiée à l'utilisateur.

Propriété intellectuelle
Capital PV (propriétaire du site www.louersonterrain.fr et des services proposés) est titulaire exclusif des droits de propriété intellectuelle liés au site. En conséquence, l'utilisateur s'engage à ne pas utiliser ou détourner, de quelle que façon et sous quelle que forme que ce soit, tout ou partie des éléments composant le site et notamment les textes, formulaires, noms, sigles, logos, graphismes, graphiques, ou toute forme de signe distinctif, quel qu'il soit. Tout manquement à cette règle ou toute exploitation non autorisée du site constituent une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle et engage la responsabilité de l'utilisateur au sens des articles L. 713-2 et L.713-3 du Code de la Propriété Intellectuelle.

Loi informatique et libertés
Conformément à la loi française "Informatique et libertés" n°78-17 du 6 janvier 1978, l'utilisateur dispose d'un droit d'opposition, d'accès, de modification, de rectification et de suppression des informations nominatives le concernant. Ce droit peut être exercé par mail à l'adresse contact@louersonterrain.fr

Litige
Le présent contrat est soumis à la Loi française. Tout litige avec un Membre agissant à titre professionnel est de la compétence du Tribunal de Paris.
×
Politique de confidentialité
La présente politique de confidentialité (“Politique de confidentialité”) explique la manière dont vos données personnelles sont collectées et traitées par Capital PV, société à responsabilité limitée, immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Paris sous le numéro 840 695 589, dont le siège social est situé 28, rue des colonnes du trône, 75012 Paris (ci-après « Capital PV »).

Ce document détaille notamment :
Les raisons pour lesquelles nous utilisons vos données ;
Comment nous collectons les données ;
Les personnes avec qui nous pouvons partager vos données ;
Les durées de conservation de vos données ;
Les droits dont vous disposez.

1) Pour quelles finalités et sur quelles bases légales utilisons-nous vos données ? 

Nous utilisons vos données pour :
vous informer sur les Services conformément à notre intérêt légitime d’informer les utilisateurs de nos Services ;
étudier votre projet et fournir les services de mise en relation avec des investisseurs conformément à votre demande, soit par un investissement proposé par Capital PV elle-même, soit par la transmission de vos données à des investisseurs partenaires de Capital PV qui sont susceptibles d’être intéressés par votre projet. Ce traitement est nécessaire pour l’exécution du contrat avec le client concerné, ou réalisé conformément à votre consentement à la transmission de vos données à nos investisseurs partenaires susceptibles d’être intéressés par votre projet ;
vous adresser des enquêtes de satisfaction et des sondages conformément à l’intérêt légitime de Capital PV d’améliorer la qualité de ses services ;
gérer les actions précontentieuses et contentieuses conformément à la nécessité d’exécuter le contrat ainsi que l’intérêt légitime de Capital PV d’établir la preuve d’un droit ou d’un contrat ;
identifier, investiguer, et prévenir toutes activités susceptibles d’enfreindre nos conditions d’utilisation; qui pourraient être frauduleuses, ou qui pourraient de façon plus générale se révéler être illégales ; pour nous conformer aux exigences légales, mais également conformément à notre intérêt légitime à protéger nos droits ainsi que les droits et la sécurité des tiers, notamment des Investisseurs.

2) Auprès de qui vos données personnelles sont-elles collectées ?

Vos données personnelles seront collectées directement auprès de vous. Elles peuvent également être collectées auprès d’autres sources : vos données de géolocalisation sont collectées indirectement via les sources non publiques https://www.jotform.com/ et https://www.123formbuilder.com/.

3) A quelles catégories de destinataires les données sont-elles communiquées ?

Vos données personnelles sont communiquées aux personnes, services et organismes suivants chacun pour ce qui le concerne :
aux personnes habilitées des services de Capital PV : service d’information, de mise en relation et de développement.
aux personnes habilitées des services de l’Investisseur : service d’installation, de développement, de financement et d’investissement.
aux prestataires et sous-traitants mandatés par Capital PV pour l’assister dans la gestion de ses activités notamment concernant la gestion du Site Internet (hébergement, maintenance), le développement de son activité, la gestion de la mise en relation avec l’Investisseur et la conclusion du bail emphytéotique;
aux prestataires et sous-traitants mandatés par l’Investisseur pour l’assister dans la gestion de ses activités ;
les données personnelles pourront être divulguées à un tiers si Capital PV ou l’Investisseur y est contraint en application d'une loi ou d'une disposition réglementaire notamment en matière de vigilance sanitaire, d'une ordonnance judiciaire ou si cette divulgation est nécessaire dans le cadre d'une enquête, ou d'une procédure, sur le territoire français ou à l'étranger ou encore est nécessaire pour enquêter, prévenir, prendre des mesures concernant des activités illégales ou encore des fraudes présumées.

4) Combien de temps conservons-nous vos données ?

Les données nécessaires à l’exécution d’un contrat sont conservées pendant la durée de la relation contractuelle. Elles sont ensuite conservées en archivage intermédiaire, pour répondre à nos différentes obligations légales notamment comptables ou fiscales mais également pour conserver toute preuve utile en cas de contentieux et ce, dans la limite des différents délais de prescription applicables selon les finalités décrites ci-avant.

Les données collectées lors de votre dépôt de dossier sur le Site Internet sont conservées pendant trois ans à compter du dépôt.

Les données relatives à votre demande d’opposition au traitement seront conservées pendant un délai de trois (3) ans à compter de la réception de votre demande.

5) Quels sont vos droits relativement à vos données personnelles ?

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d’effacement des données personnelles vous concernant, ainsi que du droit à la portabilité des données que vous avez fournies sous réserve des conditions prévues par la réglementation sur la protection des données personnelles pour l’exercice de ce droit.

Vous disposez également du droit de vous opposer, pour des raisons tenant à votre situation particulière, au traitement de vos données, ainsi que du droit de définir des directives relatives au sort de vos données personnelles après votre décès et de demander la limitation du traitement vous concernant.

Pour exercer vos droits, vous pouvez nous contacter en écrivant à contact@capitalpv.fr ou à l’adresse postale suivante : Capital PV, 28 rue des colonnes du Trône 75012 Paris.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de l’autorité de protection des données personnelles compétente, en France la CNIL.

6) Modification de la Politique de confidentialité

Il est possible que nous révisions ou complétions la présente Politique de confidentialité notamment pour prendre en compte de nouvelles finalités ou des changements de législation. De telles modifications seront effectives à partir de leur publication. Nous vous informerons des changements effectués par un message de notification affiché sur le Site Internet ou par tout autre moyen de communication. Nous vous encourageons à vérifier et à relire de manière périodique la présente Politique pour être au fait de sa dernière version.

7) Contacter Capital PV

Pour toute remarque ou question relative à ce document vous pouvez nous écrire à : contact@capitalpv.fr ou à l’adresse postale suivante : Capital PV, 28 rue des colonnes du Trône 75012 Paris.